Un nouveau vent de changement souffle sur Saint-Amable!

Un nouveau vent de changement souffle sur Saint-Amable!

« Je me suis adapté rapidement à mon rôle parce qu’on peut dire que c’est dans mes gênes : mon grand-père a été maire dans les années 1960 et mon père dans les années 1980 », de sourire Stéphane Williams.

Crédit photo : Courtoisie

À la suite des élections municipales de novembre dernier, deux nouveaux maires ont été élus au sein de la MRC de Marguerite-D’Youville, soit Maud Allaire à Contrecœur et Stéphane Williams à Saint-Amable. Le journal La Relève vous présente donc un portrait du chemin parcouru par ceux-ci, six mois après leur élection.

Un vent de changement a soufflé sur Saint-Amable alors que la formation politique Vision Équipe Stéphane Williams a tout balayé sur son passage lors des élections municipales de novembre dernier. Depuis, le nouveau maire et ses conseillers travaillent maintenant à faire souffler un autre vent de changement sur la municipalité de plus de 12 000 âmes, car les dossiers sont nombreux sur le bureau du conseil.
« J’ai une super belle équipe pour m’aider : trois hommes et trois femmes, c’est la parité. En plus, c’est intergénérationnel, car le plus jeune est dans la trentaine et le plus expérimenté est dans la soixantaine; on allie fougue et sagesse, c’est un bel équilibre! », d’expliquer le maire de 51 ans. Nous avons des expériences de travail variées et ça aide pour les dossiers. »
« Quant à moi, je me suis adapté rapidement à mon rôle parce qu’on peut dire que c’est dans mes gênes : mon grand-père a été maire dans les années 1960 et mon père dans les années 1980. En plus, je viens du monde des affaires, alors je suis habitué que ça bouge. »
« Nous avons été élus avec un programme qui comprenait sept ambitions et six d’entre elles sont déjà sur la table de travail et ça avance bien. Nous sommes un parti de proximité et nous voulons créer une transparence avec la population pour leur dire où on s’en va et c’est pour ça qu’on a intégré des citoyens aux différents comités que nous avons formés à la Ville. Les sept ambitions seront intégrées au plan directeur qui nous permettra de construire Saint-Amable sur un horizon de 20 ans. »
Les sept ambitions
Une des priorités concerne la future Maison des aînés. Les élus ont profité de chaque occasion que se présentaient à eux pour obtenir des lettres d’intention de la part de citoyens intéressés par ce projet et ils ont finalement dépassé le chiffre de 120 lettres, ce qui permet d’aller de l’avant avec une demande de subvention.
« Nous avons aussi entrepris des pourparlers avec le Réseau de transport métropolitain (RTM) afin de diversifier les services pour nos citoyens et de circuler plus facilement avec certaines municipalités voisines. Je pense qu’on devrait pouvoir présenter des solutions d’ici octobre prochain. »
« Deux autres projets sont sur la table, c’est-à-dire le développement du parc industriel et celui du nouveau lien routier avec l’autoroute 30. Comme on le disait en campagne électorale, on veut créer une nouvelle richesse, amener une taxation diversifiée pour que la population puisse en profiter. On prend Varennes en exemple là-dessus. Saint-Amable est dans un secteur fermé et je veux l’ouvrir. Ce sont des dossiers de plus longue haleine, entre 10 et 15 ans, qui permettront d’offrir plus de services aux citoyens par la suite. »
Un autre dossier qui fait partie des sept ambitions touche à la revitalisation de la rue Principale, qui est aussi reliée d’une certaine manière au futur lien à l’autoroute 30, pour alléger notamment la circulation sur cette artère. « Nous travaillons également au réaménagement du parc Le Rocher. Nous avons déjà envoyé deux demandes de subvention pour un chapiteau permanent ainsi que des jeux d’eau et des tubes à glisser. On devrait envoyer bientôt deux demandes supplémentaires pour un autre chapiteau pour le Club des amis de la pétanque et l’implantation d’un camping afin de développer l’écotourisme dans le secteur. »
Relancer l’agriculture
« Nous voulons relancer l’agriculture de Saint-Amable. Les producteurs ont subi des pertes astronomiques depuis la découverte du nématode doré en 2006. Nous avons créé un comité avec des conseillers et quatre agriculteurs. Nous montons un plan pour qu’ils puissent se regrouper en coopérative et créer une usine de transformation et d’emballage qui créerait une vingtaine d’emplois. Nous sommes déjà en négociations avec le fédéral pour la subvention et par la suite, nous rencontrerons le palier provincial. Ça, c’est sans compter que nous voulons implanter à Saint-Amable le Centre de recherche sur le nématode doré. »
Puis, avant de partir, le nouveau maire à temps plein conclut : « Ce n’est pas compliqué, nous voulons positionner Saint-Amable en vue de la phase 2 du pôle logistique de transport à Contrecœur; mettre en place les éléments pour profiter des retombées économiques qui seront intéressantes. Il y a beaucoup de travail à faire, mais ça va bien. Ça avance même plus vite que je ne l’aurais cru! On reçoit plein de bons commentaires de la part des citoyens et on peut dire qu’on est encore en lune de miel. Avec tout ça, moi je me dis que tout est possible! »