Négociations chez Kronos Canada à Varennes: 260 syndiqué unanimes en faveur de la grève générale illimitée

Négociations chez Kronos Canada à Varennes: 260 syndiqué unanimes en faveur de la grève générale illimitée

Après 12 séances de négociation jugées totalement infructueuses en vue du renouvellement de leur contrat de travail, les 260 syndiqué-es de Kronos Canada ont voté à l’unanimité pour le recours à la grève générale illimitée au moment jugé opportun, lors d’une assemblée générale tenue le 14 juin à Verchères.

Crédit photo : Archives

Après 12 séances de négociation jugées totalement infructueuses en vue du renouvellement de leur contrat de travail, les 260 syndiqué-es de Kronos Canada ont voté à l’unanimité pour le recours à la grève générale illimitée au moment jugé opportun, lors d’une assemblée générale tenue le 14 juin à Verchères. Ayant en mémoire le lock-out de 2013 qui les avaient jetés à la rue durant six mois, les syndiqué-es ont décidé cette fois-ci de mettre toute la pression nécessaire pour contrer de nombreux reculs dans leurs conditions de travail. Le blitz de négociation qui s’amorce aujourd’hui jusqu’au 22 juin risque donc d’être décisif pour la suite des choses.
« Avec un vote aussi fort en faveur de la grève générale illimitée, les travailleuses et travailleurs nous ont clairement donné le mandat de ne plus jamais subir l’affront de 2013 quand l’employeur nous a mis à la rue sans raison. Non seulement on veut battre les reculs patronaux inadmissibles, mais on veut surtout améliorer significativement nos conditions de travail. L’employeur a donc tout intérêt à changer le ton et le discours qu’il tient à la table des négociations. C’est ce qu’on va vérifier au cours des prochains jours », lance Martin Pelletier, président du Syndicat national des employé(e)s de Kronos Canada (CSN).
Parmi les reculs exigés par Kronos Canada inc. figurent des attaques au régime de retraite, aux statuts et à la stabilité des emplois, aux droits reliés au respect de l’ancienneté, aux horaires de travail, à la rémunération et à certains avantages sociaux tels que le boni de vacances, de même qu’à la liberté d’action syndicale. En outre, l’employeur veut conclure une convention collective à long terme sans aucune contrepartie.
Enfin, selon Martin Pelletier, « rien ne justifie autant de reculs. La conjoncture économique liée à la situation avantageuse du bioxyde de titane ainsi que la santé financière de Kronos Canada inc. sont très favorables et ne justifient aucunement que l’on accepte de saccager nos conditions de travail. C’est le message que l’on martèle depuis plusieurs semaines à l’employeur. Il va falloir qu’il comprenne rapidement qu’on est très déterminés ». (Source: CSN)