L’économie de la Montérégie poursuivra son expansion en 2018 et en 2019

L’économie de la Montérégie poursuivra son expansion en 2018 et en 2019

L’emploi pour sa part restera en progression, alors que le taux de chômage en Montérégie demeurera en baisse.

Crédit photo : iStock

Selon la plus récente étude économique régionale du Mouvement Desjardins, dévoilée en avril dernier, l’économie de la Montérégie poursuivra son expansion en 2018 et en 2019 et la cadence attendue sera plus soutenue qu’au niveau provincial. L’emploi pour sa part restera en progression, alors que le taux de chômage demeurera en baisse. On remarque également que les domaines agroalimentaires, des transports, de la construction et du tourisme, entre autres, seront en hausse. Toutefois, on ajoute que le marché de l’habitation sera en ralentissement et la progression du prix de vente moyen devrait être moins vigoureuse.
L’étude révèle que la croissance économique de la Montérégie sera un peu plus rapide que celle de la province en 2018 et en 2019. La hausse moyenne du PIB attendu lors de deux prochaines années sera de 4,6 % contre 4,4 % au Québec. « Dans ce contexte, l’emploi devrait rester en hausse, alors que le taux de chômage continuera à diminuer. Ce dernier atteindra un niveau de 3,8 %, en moyenne, pour 2018 et pour 2019, le positionnant ainsi au troisième rang quant à sa faiblesse parmi les régions du Québec », est-il mentionné.
On ajoute que la diminution du taux de chômage en Montérégie de 6,0 % à 4,6 % de 2016 à 2017 est liée à la fois à une forte création d’emplois et à un léger repli de l’importance des 15 à 64 ans dans la population totale.
Investissements majeurs à Varennes et Contrecœur
Pour leur part, les investissements devraient reprendre le chemin de la croissance au cours de la période de prévisions, et ce, après avoir légèrement diminué en 2017. « Cette reprise sera, notamment, supportée par l’arrivée de nouveaux projets et ceux déjà en cours, dont l’érection du quartier mixte « Solar Uniquartier » à Brossard (1,3 G$), l’agrandissement du port de Montréal à Contrecœur (650 M$), le développement résidentiel le « Square Candiac » (600 M$) et la modernisation des équipements de GE Aviation à l’usine de Bromont (238 M$). »
« Par ailleurs, en janvier 2018, l’entreprise Costco a officiellement commencé la construction de son centre de distribution à Varennes, première entreprise d’ailleurs à s’implanter dans la zone industrialo-portuaire de Contrecœur-Varennes. Ce projet de 100 M$ permettra de consolider les 215 emplois existants, en plus d’en créer 180 autres au cours des cinq prochaines années. Toujours à Varennes, l’usine de transformation des déchets en biocarburant de Vanerco devrait être construite d’ici deux ans et celle-ci sera opérationnelle de 18 à 24 mois après le début des travaux. L’investissement est estimé à 280 M$ et une cinquantaine d’emplois seraient créés. »
Le rapport précise qu’en 2017, le marché du travail en Montérégie a affiché sa meilleure performance en 15 ans. La création d’emplois a bondi de 4,2 % et le taux de chômage s’est replié pour atteindre 4,6 %. La croissance de l’emploi se poursuivra en 2018 et en 2019, alors que le taux de chômage restera à la baisse.
Marché de la construction
« En 2017, le marché de la construction neuve a été très vigoureux en Montérégie et au Québec, alors que les mises en chantier ont fortement progressé (+15,5 % contre +19,4 % au Québec). De son côté, la revente de propriétés existantes a crû de 5,5 % (+5,8 % au Québec) et la croissance du prix de vente moyen s’est accélérée à 4,4 %, sa plus forte hausse depuis les sept dernières années (+4,5 % au Québec). À la suite de cette vigueur observée, le marché de l’habitation sera en ralentissement en 2018 et en 2019, et ce, tant dans la région qu’au niveau provincial. »
L’étude indique que les investissements auraient légèrement diminué en Montérégie en 2017 pour atteindre 4,8 G$ (respectivement +3,2 % et 35,9 G$ au Québec). La croissance devrait être de nouveau au rendez-vous en 2018 et en 2019. « La présence de plusieurs projets en cours ou en élaboration sous-tend ce pronostic. »
On conclue en rappelant que la congestion routière sur l’autoroute 30, entre Boucherville et Brossard notamment, est un enjeu important pour le territoire. Ce problème de fluidité majeur sera vraisemblablement amplifié par la réfection à venir du pont‑tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine et l’implantation d’une gare terminale à l’intersection des autoroutes 30 et 10, laquelle sera desservie par le futur Réseau express métropolitain (REM).
« L’attraction et la rétention de travailleurs constituent un autre enjeu croissant dans la région, et ce, à l’instar du Québec, alors que 75,6 % des nouveaux postes à pourvoir le seront en raison des départs à la retraite. Dans ce contexte de rareté relative de travailleurs, des entreprises se retrouvent à reporter l’expansion de leurs activités. Parmi les moyens mis de l’avant pour attirer et retenir la main-d’œuvre, il y a la hausse des salaires et la bonification davantage sociaux, l’accroissement de la productivité et l’immigration. »