Le chef Marc David fait cheminer l’OSDL depuis 20 ans

Le chef Marc David fait cheminer l’OSDL depuis 20 ans

Denis Germain

Une union qui dure, un phénomène en perte de vitesse dans la société moderne. Il y a cependant des exceptions. Comme le chef Marc David qui dirige l’Orchestre symphonique de Longueuil depuis 20 ans cette année.

Le « mariage » entre le maestro et les musiciens de l’OSDL se poursuit en une fusion dans laquelle s’inscrit non seulement une continuité, mais aussi une complicité à toute épreuve. À deux jours du dernier de la série des Grands concerts de la saison 2013-2014 de l’OSDL, entrevue avec celui qui se dépense corps et âme pour garder bien vivante la flamme au sein d’un orchestre qui a su comme le bon vin se bonifier avec le temps.

Retour en arrière. En 1986, M. David entend parler qu’un nouvel orchestre en voie de formation sur la Rive-Sud recherche un tromboniste. Il s’agit en fait de l’Orchestre symphonique de la Montérégie qui se met en branle. Il est approché pour y participer et y jouera pendant deux ans comme musicien régulier. Voulant toutefois élargir ses horizons, il s’intéresse à la direction d’orchestre. Lorsqu’il apprend que l’Orchestre symphonique de Sherbrooke se cherche un directeur musical en 1988, il tente sa chance et est choisi pour relever ce défi différent. Il quitte alors son fauteuil de tromboniste pour passer à autre chose et réaliser son nouvel objectif.

Son attachement à l’Orchestre symphonique de la Montérégie est mis en veilleuse pendant quelques années sans s’éteindre. En 1994, l’OSDM lance un appel afin de dénicher un nouveau chef. Marc David postule; sa candidature est retenue. Heureuses retrouvailles avec des musiciens qu’il a côtoyés. Depuis lors, l’aventure se poursuit sans relâche. Plusieurs des 52 musiciens qu’il dirige sont dans sa tranche d’âge. Fait intéressant, plus de la moitié d’entre eux font toujours partie de l’OSDL, 20 ans plus tard. Des liens tissés serrés les unissent.

Pendant la décennie 1990, l’Orchestre présentait une douzaine de concerts par année. « Mon intention au départ consistait à faire jouer les musiciens plus souvent et à créer des habitudes de travail. Au début des années 2000, nous avons offert jusqu’à 35 concerts par an; c’était beaucoup pour un orchestre régional », explique le chef David. Aujourd’hui, l’OSDL propose entre 25 et 30 concerts par année.

Du temps de l’OSDM, les musiciens effectuaient des tournées dans différentes villes du territoire montérégien durant le mois de décembre. M. David avait conçu une formule de concerts de Noël qui donnait l’occasion aux choeurs locaux de s’intégrer à ces représentations. À chaque ville visitée se greffait un ensemble vocal de l’endroit qui avait une rare occasion de se faire accompagner par un orchestre symphonique. Au fil des ans, les choeurs étaient un peu plus audacieux en choisissant des pièces plus exigeantes. L’OSDM programmait la moitié des oeuvres au programme avec du répertoire symphonique. Ces soirées connaissaient un vif succès.

En 2003, la Ville de Longueuil propose de soutenir financièrement l’Orchestre à long terme à condition qu’il y ait changement de nom pour Orchestre symphonique de Longueuil. Entente conclue à la satisfaction des parties. Un vent de changement souffle sur le nouvel OSDL et retentira sur les cinq villes liées à l’agglomération. Cela se traduira par la présentation de concerts dans chacune des municipalités du territoire, sans parler des soirées sous les étoiles avec invités populaires présentées chaque été, rassemblements qui attirent des milliers d’amateurs de musique dans les grands parcs de la région.

Quels ont été les moments les plus marquants de la carrière du chef David au sein de l’OSDL? « Le développement de la série Portée pédagogique qui s’adresse aux jeunes. Ces rencontres permettent aux élèves du primaire et du secondaire d’avoir accès à un orchestre symphonique », relate M. David. D’ailleurs, en juin prochain, l’OSDL jouera à la Maison symphonique, à Montréal, avec un choeur formé de 400 élèves du primaire sur scène. Cela ne sera pas banal.

Parmi les concerts qui auront marqué davantage la carrière du Maestro figurent l’opéra Carmen de Bizet présenté en version concert il y a quelques années et l’inoubliable 9e Symphonie de Beethoven qui a été jouée à la cocathédrale Saint-Antoine, à Longueuil, lors du 10e anniversaire de l’OSDM.

Trois principaux moteurs motivent le chef d’orchestre de l’OSDL : le contact humain avec les musiciens, le travail de collaboration et les projets de développement. Des projets et des idées, il en a la tête bien remplie, sans doute pour au moins… 20 autres années!