La Ville essuie un refus pour le tracé alternatif demandé pour le passage des camions sur des terres agricoles

La Ville essuie un refus pour le tracé alternatif demandé pour le passage des camions sur des terres agricoles

Crédit photo : Sanexen

Le ministère du Développement durable et de l’Environnement a refusé d’accorder son aval au second tracé alternatif soumis par la Ville de Boucherville pour les camions qui doivent se rendre à l’ancienne carrière Landreville. Ce chemin passait sur des terres agricoles où il y a des milieux humides. Le maire Jean Martel ne cachait pas sa déception après avoir rencontré les fonctionnaires du ministère à ce sujet. « Je me serais attendu à plus d’ouverture et de rapidité de la part du ministère; le temps commence à presser », a indiqué M. Martel.
«Il aurait fallu un décret gouvernemental pour pouvoir passer sur les terres agricoles de façon temporaire, ce qui n’a pas été accepté », a précisé le maire. La Ville doit désormais trouver une autre solution qui recevra l’acceptabilité sociale des citoyens du secteur. Un scénario est envisagé : trouver un nouvel accès au site par une entrée différente. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres. Encore là, une autorisation ministérielle sera requise.
Du côté de Sanexen, les travaux de réaménagement de la voie de circulation interne du site sont désormais terminés. L’entreprise entend planifier les étapes subséquentes des travaux en fonction des nouveaux développements dans le dossier. Elle a décidé de modifier son plan de transport temporaire à compter du 3 juillet en donnant de nouvelles consignes aux camionneurs qui livreront leurs matières sur le site. Ceux-ci devront obligatoirement retourner à leur lieu de départ par le chemin D’Anjou, en direction de l’autoroute 30. Un signaleur leur interdira de reprendre la route par la rue de Montbrun. Le camionnage sera ainsi réparti 50-50 et les riverains ne verront plus passer le même camion deux fois.