La Ville de Boucherville dégage un surplus de 7 M$ ° La dette sera réduite de 10,5 M$ à la fin de l’année

La Ville de Boucherville dégage un surplus de 7 M$ ° La dette sera réduite de 10,5 M$ à la fin de l’année

Exercice financier 2012

« Les finances de la Ville vont très bien et cela permet de voir l’avenir avec confiance et optimisme », a déclaré le maire Jean Martel lundi dernier, lors du dépôt du rapport comptable de l’exercice financier 2012.

Ce rapport fait état d’un surplus de 7 millions de dollars, comparable à l’année précédente. Celui-ci provient de revenus de taxes supplémentaires de 4,2 M$ qui comprennent des montants de 1,8 million en droits de mutation, 800 000 $ de la tarification, 400 000 $ de revenus d’intérêts et 300 000 $ des permis délivrés et d’autres sources complémentaires. La bonne performance de Boucherville a en outre rapporté 900 000 $ de redevances à l’égard de l’élimination des matières résiduelles et des compensations de recyclage. La Ville a par ailleurs réalisé des économies nettes de 2,8 millions de dollars en resserrant les dépenses et grâce à la réduction des honoraires professionnels et techniques, aux salaires et dans les frais de financement.

Le surplus sera réinvesti dans le programme de réduction de la dette, a confirmé le conseiller municipal Dominic Lévesque, président du groupe de travail sur les finances, les ressources humaines et les technologies. À ce jour, la Ville entrevoit une réduction de la dette de 10,5 millions de dollars à la fin de la présente année. La dette sera réduite de 112,5 millions, en 2012, à 102 millions de dollars au 31 décembre prochain. Il s’agit du montant de remboursement par anticipation le plus élevé à être versé depuis la reconstitution de la Ville, en 2006, a tenu à préciser M. Lévesque.

Cette réduction se répercutera sur le compte de taxes puisqu’elle permet une diminution des dépenses reliées au service de la dette. Elle peut représenter des économies se chiffrant jusqu’à 800 000 $, ce qui signifie un pour cent de réduction de taxes. « La situation actuelle favorise soit de très faibles hausses de taxes ou des gels de taxes pour les années à venir, le tout en offrant une hausse des services aux citoyens et en assurant un entretien rigoureux de nos infrastructures. », a ajouté le maire Martel.

Le surplus sera réinvesti dans le programme de réduction de la dette Dominic Lévesque, président du groupe de travail sur les finances

En complément, la Ville s’est entendue avec ses employés pour le renouvellement des conventions de travail. Les ententes s’échelonnent jusqu’en 2015 dans le cas des cols blancs, et jusqu’en 2017 dans celui des cols bleus et des cadres. Les négociations se sont déroulées dans l’harmonie, a laissé entendre la conseillère municipale Lise Roy, membre du groupe de travail sur les finances, les ressources humaines et les technologies.

Réhabilitation des rues

Le surplus dégagé s’est-il fait au détriment d’une réduction des investissements dans le programme de réhabilitation des rues? Les autorités municipales rappellent qu’il ne s’est rien fait de ce côté durant la période des fusions municipales. Il a fallu rattraper le retard depuis et agir en conséquence. Le conseil municipal suit les recommandations du Service de génie chaque année à cet égard, selon les priorités au programme.

Les chiffres officiels confirmés par le directeur des finances à la Ville, Gaston Perron, indiquent que les investissements dans ce poste se sont élevés à 4 M$ en 2006, 15 M$ en 2007, 14 M$ en 2008, 15 M$ en 2009, 17 M$ en 2011, 22 M$ en 2012 et 25 M$ en 2013. « Nous n’avons pas coupé dans ces dépenses; nous avons les marges de manœuvre nécessaires. Nous tendons à en faire de plus en plus chaque année », a affirmé le maire.