La vigueur économique de la région se poursuit

La vigueur économique de la région se poursuit

iStock

Taux de chômage à 4,3 pourcent

L’économie du Québec présente des signes de ralentissement. Au printemps dernier, lors de la dernière campagne électorale provinciale, le parti libéral promettait de créer 250 000 emplois dans la province, mais, depuis, le Québec a plutôt perdu 15 800 emplois, dont 9 700 à temps plein, de décembre 2013 à décembre 2014 plus précisément.

Selon l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC), il s’agirait de la pire performance enregistrée au cours des 15 dernières années au chapitre des emplois perdus à temps plein. L’organisme précise toutefois que le portrait n’est pas totalement sombre puisque la baisse de la valeur du dollar canadien et la reprise du commerce international devrait contribuer significativement à la croissance économique du Québec en 2015.

Dans la MRC de Marguerite-D’Youville, les perspectives sont encore une fois encourageantes selon les plus récentes données du Portrait du marché du travail publiées par Emploi-Québec. La région se démarque avec un taux d’activité (population active) de 74,1 %, qui est le plus élevé de la Montérégie et le second pour l’ensemble du Québec.

Elle affiche également un taux de chômage de 4,3 %, ce qui est presque une situation de plein emploi. « Par ailleurs, notre territoire se démarque encore cette année, en étant de plus en plus autonome au niveau de l’emploi, puisque 51 % des emplois offerts sur notre territoire sont occupés par des résidents de la MRC », a fait remarquer François Gamache, maire de Saint-Amable et responsable des dossiers de développement économique pour la MRC de Marguerite-D’Youville.

    Poursuivre le travail entrepris

Une des raisons expliquant cette vigueur, c’est la diversité économique que l’on retrouve dans le secteur, explique pour sa part Sylvain Berthiaume, directeur général de la MRC. Il rappelle qu’un des projets très attendus pour l’avenir est l’agrandissement des installations du Port de Montréal à Contrecoeur, un projet évalué à 650 millions de dollars, et le pôle logistique de transport qui pourrait s’y rattacher.

De même, l’ouverture du siège social du Groupe Jean Coutu à Varennes au cours des prochains mois amènera, avec ses 1 000 employés, une vigueur jamais vue dans le secteur du boulevard Lionel-Boulet.

Rappelons que le gouvernement de Philippe Couillard a effectué beaucoup de compressions au cours de l’année dernière afin d’atteindre le déficit zéro et le Centre local de développement (CLD) de Marguerite-D’Youville en a fait les frais, causant bien des incertitudes sur le plan économique dans la région. Toutefois, le conseil de la MRC a choisi d’intégrer au sein de son organisme les activités de développement économique qui étaient auparavant sous la responsabilité du CLD, afin de s’assurer que le travail entrepris au cours des dernières années se poursuive.

« Tous nos programmes, que ce soit les fonds locaux d’investissement, les programmes de soutien aux travailleurs autonomes, le fonds Jeunes promoteurs, etc. sont toujours disponibles », a rappelé M. Berthiaume. Il a précisé que la MRC offre exactement les mêmes services qui étaient auparavant offerts par le CLD et il a invité du même souffle les entrepreneurs actuels ou ceux qui souhaitent se lancer en affaires à prendre contact avec son équipe.