La rougeole revient en force en Montérégie!

La rougeole revient en force en Montérégie!

Campagne de vaccination en milieu scolaire

Depuis 2002, la rougeole ne faisait pour ainsi dire pas de victimes, mais voilà que, cette année, la maladie très contagieuse est en forte progression, au point où une campagne de vaccination massive dans les écoles primaires et secondaires s’est mise en branle.

« Cette maladie qui, depuis 2002, était presque disparue revient en force cette année », a expliqué par voie de communiqué le docteur Horacio Arruda, directeur de la Protection de la santé publique au ministère de la Santé et des Services sociaux. « La situation exige que nous agissions dès maintenant afin de freiner sa propagation, de limiter les cas avec complications graves ou d’éviter qu’un décès ne survienne. Nous savons que plus de 80 % des personnes non protégées développent la maladie lorsqu’elles sont en contact avec le virus. Aussi j’invite la population à vérifier dès maintenant leur statut vaccinal et celui de leurs enfants afin de s’assurer qu’ils sont bien immunisés contre la rougeole. »

Le directeur a expliqué qu’habituellement, on observait un à deux cas de rougeole au Québec par année, mais, en date du 26 octobre dernier, c’est 747 cas qui ont été déclarés, soit suffisamment pour mettre en branle une telle opération.

Dans la seule région de la Montérégie, on a répertorié 145 cas depuis avril dernier et, selon l’Agence de la Santé et des Services sociaux de la Montérégie, entre 20 000 et 25 000 élèves ne seraient pas protégés contre cette maladie sur le territoire qui compte près de 500  écoles.

« On craint une recrudescence des cas de rougeole cet hiver et au printemps, périodes où le nombre de cas a tendance à augmenter. D’où l’importance de cette opération de rattrapage de la vaccination en milieu scolaire, car elle nous permettra de nous assurer que toutes les personnes à risque d’être infectées recevront le vaccin dans les prochaines semaines. Et la façon la plus efficace de se protéger de la maladie et de ses complications demeure la vaccination», a expliqué le docteur Arruda.

Le directeur a également souligné que les jeunes de 5 à 19 ans constituent près des deux tiers des cas déclarés et c’est pourquoi les écoles sont visées par cette mesure exceptionnelle.

Le vaccin qui sera utilisé est celui combiné contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO), qui est employé avec succès depuis 30 ans. Le vaccin serait sécuritaire et ne provoquerait, dans la majorité des cas, aucune réaction.

Pour plus d’information sur la question, les gens sont invités à consulter les informations disponibles à l’adresse : www.msss.gouv.qc.ca/vaccination, ou à communiquer avec le CSSS ou Info-Santé au 8-1-1.

 

Une maladie extrêmement contagieuse

La rougeole est une maladie grave extrêmement contagieuse. Le virus reste actif et contagieux dans l’air ou sur les surfaces contaminées pendant près de deux heures. De plus, ceux et celles qui sont malades peuvent le transmettre pendant les quatre jours qui précèdent l’apparition de l’éruption cutanée et les quatre jours suivants. La maladie peut durer jusqu’à deux semaines et se manifeste par une forte fièvre, un écoulement nasal et de la toux. Des rougeurs au visage et sur le corps apparaissent par la suite. La rougeole peut entraîner des complications allant de l’otite à l’encéphalite (infection du cerveau; 1 cas sur 1 000) en passant par les infections pulmonaires. Elle peut même causer le décès (1 cas sur 3 000). (Source : ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec)

 

 

Au Québec, au moins 1 enfant sur 10 risque de contracter la rougeole, puis de la transmettre aux autres, soit à d’autres élèves non vaccinés; aux bébés qui sont trop jeunes pour être vaccinés; à des femmes enceintes; à des personnes qui ont un cancer ou ont subi une greffe d’organe et qui ne peuvent recevoir le vaccin.

Il est à noter que les personnes les plus vulnérables sont les enfants de moins d’un an, les femmes enceintes (la maladie peut entraîner un avortement spontané ou un accouchement prématuré) et celles dont le système immunitaire est affaibli.

 

Nombre de doses de vaccin à recevoir pour être considéré comme protégé contre la rougeole

 

• Avant 1970 Population considérée comme protégée. Aucune dose n’est nécessaire.

• Entre 1970 et 1979 1 dose, le jour de son premier anniversaire ou après.

• Depuis 1980 2 doses, dont la première le jour de son premier anniversaire ou après. Le calendrier régulier de vaccination prévoit une dose de vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons à l’âge de 12 mois et une deuxième dose à l’âge de 18 mois. Dans certains cas, les doses ont pu être données à d’autres moments.