Jean Martel s’exprime sur les enjeux à Boucherville

Jean Martel s’exprime sur les enjeux à Boucherville

Le maire Jean Martel.

Dans une entrevue exclusive à La Relève, le maire Jean Martel a abordé quelques thèmes au coeur des enjeux de la municipalité. Avant de mettre la table, M. Martel a rappelé les valeurs qui le guident dans son action politique : l’amélioration de la qualité de vie des citoyens dans le respect de la capacité de payer des contribuables.
Les dossiers qui touchent l’environnement occupent une place de choix parmi les enjeux à régler. « Avec la publication du rapport de l’ONU, nous ne sommes pas insensibles à l’urgence d’agir d’ici deux ans sur ce plan ; c’est une préoccupation des élus », confirme le premier citoyen de la ville. En ce sens, il a demandé aux fonctionnaires de l’agglomération d’établir un rapport de ce qui se fait à l’échelle du territoire pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
Avec le début des travaux de réfection du pont tunnel Louis Hippolyte-La Fontaine l’an prochain, l’aménagement de nouveaux stationnements incitatifs et l’ajout de circuits d’autobus devraient non seulement aider à réduire les problèmes de congestion mais aussi contribuer à diminuer les GES. L’un de ces stationnements, situé à la sortie de la route 132 et du boulevard de Montarville, doit être terminé en décembre. Celui de la rue Ampère, près du boulevard de Mortagne sera réaménagé en 2019 et le ministère des Transports du Québec prévoit en installer un autre à la sortie Montarville et Ampère de l’autoroute 20. Le RTL collabore à ce dossier en mettant en place des navettes additionnelles pour faciliter le transport des usagers vers des points centraux comme le métro.
Toujours dans l’enjeu environnement, la Ville compte poursuivre ses démarches pour acquérir dès 2019 d’autres terrains à conserver à perpétuité. En ce sens, l’objectif vise à protéger des aires totalisant entre 85 et 90 hectares. La municipalité poursuivra aussi sa politique de plantation d’arbres.
Un autre projet attendu depuis longtemps, la collecte des matières organiques, avec l’utilisation du bac brun, devrait être mise en place l’an prochain. Une confirmation à ce sujet est attendue à brève échéance. « Nous sentons que la population est prête pour la troisième collecte et nous voulons aussi continuer à encourager le compostage », ajoute M. Martel. Ces différentes approches évitent l’enfouissement de nombreux rebuts.
Quant à l’interdiction des sacs de plastique à usage unique dans les commerces locaux, la Ville continue d’y réfléchir pour trouver des solutions efficaces. Une réglementation à cet effet pourrait entrer en vigueur l’année prochaine, a laissé entendre le maire.
Voie ferrée
Autre préoccupation de l’administration municipale, la relocalisation de la voie ferrée revient sur la sellette. Une étude préliminaire est requise au départ pour évaluer si le projet est réalisable tout en tenant compte de l’économie et du développement du territoire. Au cours des prochains mois, un appel d’offres sera lancé à cet effet. Les résultats de cette analyse devraient être connus un an plus tard. L’étape suivante consistera à entreprendre cette fois une étude plus approfondie qui établira des scénarios pour réaménager le couloir ferroviaire.
Phase 3
Le complexe multisports intérieur est toujours dans les cartons de la Ville et est inscrit dans la plate-forme électorale de la formation politique dirigée par M. Martel. Il s’agit d’ailleurs de la phase 3 du plan sportif. L’étape de l’obtention du terrain pour la construction de cette infrastructure est désormais franchie. Pour l’heure, il reste à terminer les consultations auprès des organismes utilisateurs afin de s’assurer que les aménagements répondront à leurs besoins. La municipalité est également en pourparlers pour obtenir des subventions en vue de la réalisation du projet. « Il reste encore plusieurs étapes à franchir en 2019; les travaux devraient commencer en 2020 », a laissé entendre le maire.