Jean Martel dresse son bilan de mi-mandat

Jean Martel dresse son bilan de mi-mandat

En poste à l’hôtel de ville de Boucherville depuis novembre 2009, le maire Jean Martel considère avoir dépassé, deux ans plus tard, les objectifs qu’il s’était fixés au départ, au moment où il a choisi de se lancer dans l’arène municipale. Mais il reste encore de nombreuses réalisations à accomplir sur sa feuille de route.

« Lorsque je me suis présenté comme candidat à la mairie, c’était pour un minimum de deux mandats; certains projets étaient prévus pour un second terme, comme la construction d’une nouvelle piscine ou la mise en place de l’agenda 21 », fait-il valoir. Cela dit, M. Martel précise ne pas tenir pour acquis qu’il sera réélu en 2013.

À son avis, la politique demeure un sport d’équipe. Travailler en équipe permet de faire davantage pour satisfaire les besoins de la population. Il a d’ailleurs toujours misé sur les forces de ceux qui l’entourent lorsqu’est venu le temps d’élaborer la plate-forme électorale qui a convaincu les Bouchervillois de porter sa formation politique au pouvoir.

Le bilan de son mi-mandat braque sous les projecteurs une longue énumération de projets qui ont connu un dénouement. Tout d’abord, l’enregistrement des séances mensuelles du conseil municipal, un geste qui assurera de conserver des archives en ce qui a trait aux décisions prises par les élus. En parallèle, la télédiffusion de ces réunions sur les ondes de TVRS qui permet de prendre connaissance de ce qui s’y passe sans avoir besoin d’y assister.

Mise en place dans l’idée de rapprocher les élus municipaux de la population, la formule des Déjeuners du maire a fait son bonhomme de chemin. L’assistance fluctue au fil des mois, mais l’intérêt des citoyens pour ces rencontres se maintient. « Les discussions entre les membres du conseil et les participants sont conviviales; ça permet une sensibilisation à l’actualité municipale et pour certains, de découvrir des bâtiments municipaux où ils ne mettent jamais les pieds », signale au passage le maire.

Dans un autre ordre d’idées, plusieurs réalisations ayant trait à l’accès au fleuve ont abouti. La construction d’un nouveau bâtiment au club d’aviron demeure l’élément le plus visible. Ce dossier avait débuté sous l’administration précédente avec le concours de l’ancien député Pierre Moreau. L’actuelle députée Monique Richard a poursuivi les démarches entamées tandis que le conseil municipal en poste a voté pour l’attribution des fonds nécessaires à la concrétisation du projet.

Toujours en ce qui a trait au fleuve, d’autres dossiers ont vu le jour : de nouveaux aménagements ont été effectués au quai municipal, les croisières estivales sur le fleuve cette année ont affiché complet, l’ouverture de l’École de voile a suscité un vif intérêt et dernièrement, la Ville a acquis l’ancien terrain où était situé l’ancien restaurant La Saulaie.

Frein

Un des moments décisifs qui a marqué les deux dernières années de l’administration municipale touche le développement de la ville. Le conseil municipal a mis la pédale douce sur le développement domiciliaire. « Si nous n’étions pas intervenus, le projet Le Terroir qui comprendra 3000 unités d’habitation serait en construction et il y aurait des tours de huit et cinq étages sur la rue D’Avaugour, ce qui signifie 944 autres unités de logement. Il nous a fallu tenir notre bout devant les promoteurs », explique M. Martel. Le Terroir se réalisera plus tard. La Ville veut s’assurer avant toute chose que le plan de décontamination de l’ancienne carrière Landreville obtienne le feu vert du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs.

Sur un autre plan, le conseil municipal se questionne au sujet de l’impact sur la circulation de l’arrivée éventuelle de quelques milliers de voitures de plus dans ce secteur.

Par ailleurs, le premier magistrat se réjouit de la tendance que prend l’économie verte à Boucherville, notamment avec l’essai des voitures électriques issu d’une entente convenue entre Hydro-Québec et Mitsubishi pour laquelle la Ville joue un rôle de soutien. La municipalité a aussi servi de facilitateur dans le dossier du réservoir de gaz naturel liquéfié installé chez Robert transport pour alimenter la flotte de camions de la compagnie. M. Martel est également heureux que Danone ait investi 50 millions de dollars pour la mise en fonction d’une nouvelle ligne de production à son usine de Boucherville, ce qui a contribué à la création de plusieurs bons emplois.

Du côté de la zone industrielle, les terrains disponibles pour de nouvelles implantations d’entreprises se font de plus en plus rares. En réalité, il n’en reste presque plus. La Ville compte davantage sur des projets d’agrandissement ou de transformation de bâtisse existante dans ce secteur de la municipalité. Le parc industriel ne peut connaître d’expansion autrement. Toute demande de dézonage de terres agricoles est interdite pour les cinq prochaines années.

À l’agglomération de Longueuil, le climat s’est amélioré entre les municipalités, constate le premier magistrat. Toutes les Villes sont présentes aux assemblées de conseil et les échanges se font sous le signe du respect et de la courtoisie. « Boucherville a maintenu le pacte fiscal qu’avait négocié l’ancienne équipe », confirme M. Martel.

Le volet de la participation a connu un bon départ, mais il reste beaucoup à faire, reconnaît le maire. « Cette démarche apparaît plus complexe que prévu, mais cela vaut la peine. Ça nécessite toutefois des ressources », ajoute-t-il. La réponse des citoyens ne s’est pas fait attendre pour combler les sièges du conseil des arts, du comité municipal jeunesse, du comité de citoyens du district 1, de la commission des fêtes commémoratives et du comité d’embellissement.

Le maire souligne également que l’hôtel de ville est devenu depuis 2009 un lieu où la population s’adresse aux membres du conseil municipal avec un esprit d’ouverture, du respect et de la chaleur. Un autre objectif atteint, signale-t-il.

Sur le plan des finances publiques, il mentionne que la rigueur que l’administration municipale s’est imposée a permis de dégager des surplus. Boucherville s’est distinguée en 2010 avec la plus faible augmentation de taxes parmi les Villes liées à l’agglomération de Longueuil. En plus, le programme triennal d’immobilisations a été diminué de beaucoup.

Qu’est devenu le projet de jardin collectif qui devait voir le jour à la suite de l’achat par la Ville d’une terre située aux confins des limites territoriales de Boucherville et Varennes? Un ingénieur agronome a reçu le mandat de préparer un projet agricole à cet endroit et de le soumettre à la Commission de protection du territoire agricole. Le dossier suit son cours pour l’instant.

Pour ce qui est des nouveautés, un projet de coopérative d’habitation réservée à des personnes âgées en est à une étape embryonnaire. Un terrain a été ciblé dans le secteur du centre multifonctionnel.  Les plans prévoient 83 unités de logement.

À quoi doivent s’attendre les contribuables lorsqu’ils recevront leur prochain compte de taxes foncières? « Nous sommes à préparer le budget. Nous continuons à viser le principe d’une taxation limitée et responsable qui tient compte des défis financiers de la Ville. La décision quant au pourcentage de hausse de taxes reste à déterminer », laisse savoir le premier magistrat.