“Il est grand temps de prendre en compte les besoins et de répondre aux attentes des organismes communautaires” -Stéphane Bergeron

“Il est grand temps de prendre en compte les besoins et de répondre aux attentes des organismes communautaires” -Stéphane Bergeron

Le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, déplore le sous-financement chronique qui affecte les organismes communautaires sous le régime libéral.

Crédit photo : iStock

Le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, déplore le sous-financement chronique qui affecte les organismes communautaires sous le régime libéral. «Lorsqu’il s’agit d’augmenter le salaire des médecins, le gouvernement libéral parvient toujours à trouver l’argent pour le faire. Mais lorsque vient le temps de soutenir les plus vulnérables, de même que l’organisme qui leur viennent en aide, il se fait soudainement moins empressé. En fait, l’indexation du financement des organismes communautaires à la hauteur de 0,7% équivaut, dans les faits, à une réduction de leurs ressources budgétaires, considérant que la hausse du coût de la vie est plus importante. Et puisque la plupart des postes budgétaires sont incompressibles, c’est au niveau des services à la population, encore une fois, que les effets de cette situation se font sentir le plus cruellement», a soutenu Stéphane Bergeron.
Le 13 mars dernier, des représentants de quelque 3 000 organismes communautaires autonomes étaient présents à l’Assemblée nationale pour réclamer que leur travail, si nécessaire, soit enfin reconnu par le gouvernement libéral. «Pour nous, cela va de soi, mais il semble que ce ne soit pas une évidence pour tout le monde. Les libéraux s’entêtent à ignorer ostensiblement les besoins et les demandes de ces organismes», de poursuivre le député de Verchères.
Pour le Parti Québécois, c’est simple: le financement des organismes communautaires doit être à la hauteur des précieux services qu’ils assurent partout sur le territoire du Québec. «Dans l’état actuel des choses, les organismes communautaires font littéralement des miracles avec presque rien. Comme nous l’avions proposé, à l’époque du gouvernement de Pauline Marois, leur financement à la mission doit être substantiellement augmenté, qu’il soit prévisible et indexé annuellement en s’appuyant sur les indices les plus appropriés. Nous avons manqué de temps pour aller de l’avant, en 2014. Compte tenu du fait que les libéraux, contre toute attente et toute logique, se refusent toujours à le faire, nous avons pris l’engagement formel d’agir en ce sens à compter du 1er octobre prochain», a déclaré monsieur Bergeron.
«Les Québécoises et Québécois auront donc, à ce chapitre également, un choix déterminant à effectuer lors des élections. Le Parti Québécois s’engage, pour sa part, à rehausser de 200 millions de dollars au cours des quatre prochaines années le financement à la mission des organismes, un plan plus que solide pour le communautaire; le parti libéral, pour sa part, avance un maigre 25 millions de dollars… Quant à la CAQ, sait-elle seulement qu’il existe un milieu communautaire et qu’il s’y accomplit un travail admirable et indispensable? Pour un vrai changement et la reconnaisse effective de la contribution inestimable des organismes communautaires au mieux-être des Québécoises et Québécois, à sa juste valeur la contribution des organismes communautaires, ça prend un gouvernement du Parti Québécois!», a conclu Stéphane Bergeron.