Études économiques du Mouvement Desjardins: la Montérégie offre des possibilités de développement économique sans précédent!

Études économiques du Mouvement Desjardins: la Montérégie offre des possibilités de développement économique sans précédent!

Selon l’étude régionale du Mouvement Desjardins, la Montérégie offre des possibilités de développement économique sans précédent, notamment au chapitre résidentiel, commercial et des transports.

Crédit photo : iStock

Le Mouvement Desjardins a présenté sa plus récente étude économique et celle-ci indique que l’économie de la région sera en croissance en 2017 et 2018 à un rythme légèrement supérieur à celui du Québec. L’étude précise même que la Montérégie « offre des possibilités de développement économique sans précédent, notamment au chapitre résidentiel, commercial et des transports ».
Le document précise que la croissance économique de la Montérégie sera légèrement supérieure à celle du Québec, en moyenne, en 2017 et en 2018. De son côté, le taux de chômage sur notre territoire diminuera quelque peu et il demeurera inférieur à celui de la moyenne provinciale. Pour ces deux années, c’est la vigueur des investissements de la région montérégienne qui lui permettra d’afficher une cadence plus rapide que la moyenne québécoise.
On spécifie que la Montérégie continuera d’attirer des résidents des autres régions puisque, selon les projections de l’Institut de la statistique du Québec, le solde migratoire interrégional atteindra environ 36 000 résidents de 2016 à 2021, un niveau comparable à celui des cinq années précédentes.
« Dans l’ensemble, la Montérégie affichera une bonne santé économique. Les développements en cours et à venir liés aux domaines de l’agroalimentaire, des transports, de la construction et du tourisme seront au premier plan en 2017 et en 2018. En parallèle, la forte intégration économique de la région avec Montréal permettra aux résidents des principales villes situées en périphérie de l’île de profiter de l’accélération du marché du travail montréalais, alors que près de 40 % de ces derniers y occupent un emploi », fait-on valoir.
Des projets porteurs
Dans le document, on remarque que la MRC de Marguerite-D’Youville se positionne avantageusement en regard du reste du Québec puisqu’on y a enregistré une croissance du revenu personnel disponible supérieure à celle de la province de 2009 à 2014.
Parmi les projets qui participeront à l’essor économique, les responsables de la publication citent entre autres la construction d’une usine de transformation des déchets en biocarburant par Vanerco à Varennes, un projet de 125 M$, et la reconversion du parc chimique et pétrochimique de la municipalité en une zone industrialo-portuaire.
« Le marché de l’emploi reprendra du mieux en Montérégie en 2017 et en 2018, et ce, à la suite de deux années moribondes, alors que le taux de chômage sera en légère diminution, ajoute-t-on. Les travailleurs de l’industrie de la construction seront en demande sur les chantiers de la région en raison, notamment, de développements résidentiels importants, dont Solar Uniquartier et Square Candiac. De plus, les importants travaux d’infrastructures dans la grande région montréalaise au cours des prochaines années, dont la reconstruction du pont Champlain et de l’échangeur Turcot, offriront des opportunités d’emplois aux résidents de la Montérégie. »
Investissements en hausse
« À la suite d’une progression soutenue des mises en chantier au cours des années précédentes, soit de 27,8 % de 2013 à 2016 (+3,1 % au Québec), la construction neuve sera en croissance cette année, mais de manière plus modeste. Un léger repli devrait survenir l’an prochain. Le marché de la revente de propriétés existantes dans la région a enregistré une hausse des transactions en 2016 et le prix de vente moyen a progressé de 2,6 % (+2,9 % au Québec). »
On ajoute que les investissements auraient repris de la vigueur en Montérégie en 2016, selon l’Institut de la statistique du Québec. Ceux-ci auraient atteint 4,5 milliards de dollars, un niveau légèrement supérieur à la moyenne observée établie à 4,4 milliards au cours des trois années précédentes.
Parmi les investissements qui consolident la croissance, on souligne la construction en décembre 2016 d’une usine de biométhanisation qui valorisera les résidus organiques à Varennes, un projet estimé à 57,8 M$ qui générera une centaine d’emplois, alors qu’une vingtaine de personnes y travailleront à temps plein.
« La Montérégie offre des possibilités de développement économique sans précédent, notamment au chapitre résidentiel, commercial et des transports. De plus, l’élaboration de la mise en place du futur Réseau électrique métropolitain (REM) porté par la Caisse de dépôt et placement du Québec suscite déjà plusieurs projets d’investissement dans la région. »
« À Contrecoeur et à Vaudreuil-Soulanges, deux pôles logistiques seront implantés. Ces projets s’inscrivent d’ailleurs dans le cadre de la loi 85 (adopté en décembre 2015) qui crée un corridor logistique le long de l’autoroute 30, de La Prairie à Vaudreuil-Dorion, afin d’encadrer et de maximiser le développement à venir. »
« Par ailleurs, l’agrandissement du port de Contrecoeur, un projet de long terme, continue à progresser. L’Administration portuaire de Montréal a déposé à l’Agence canadienne d’évaluation environnementale son projet d’expansion à la fin de 2015 et les études environnementales doivent être terminées au printemps 2017. De leur côté, les autorisations gouvernementales sont attendues en 2018 », concluent les analystes.