La devise de Contrecœur est plus que jamais: À cœur vaillant rien d’impossible!

La devise de Contrecœur est plus que jamais: À cœur vaillant rien d’impossible!

« Je veux un gouvernement de proximitéb si je puis dire, qu’on soit sur le terrain, près des citoyens », a précisé la mairesse Maud Allaire, qui a pu compter sur ses huit années d’expérience comme conseillère pour faire avancer les nombreux dossiers sur son bureau.

Crédit photo : Courtoisie

À la suite des élections municipales de novembre dernier, deux nouveaux maires ont été élus au sein de la MRC de Marguerite-D’Youville, soit Maud Allaire à Contrecœur et Stéphane Williams à Saint-Amable. Le journal La Relève vous présente donc un portrait du chemin parcouru par ceux-ci, six mois après leur élection.

La population de Contrecœur dépasse légèrement les 8 000 âmes, ce qui en fait une ville de taille relativement modeste, mais les projets qui bourgeonnent là-bas sont loin d’être modestes : agrandissement des installations du port de Montréal à Contrecœur, création d’une Zone industrialo-portuaire Contrecœur-Varennes, instauration d’un pôle logistique de transport, développement du projet commercial et industriel Cité 3000, etc.
Pour un nouvel élu, il faut donc être prêt à passer rapidement à la vitesse supérieure! « Il faut être mairesse à temps plein; pas le choix!, de sourire Maud Allaire. J’ai pris un congé sabbatique de quatre ans au CISSS du réseau de la santé pour y arriver. On peut dire que c’est du 24 heures sur 24. Je réponds souvent à mes courriels la fin de semaine, car on vit dans un monde de rapidité. Heureusement, j’ai été conseillère pendant huit ans, alors je connais bien les dossiers qui sont sur le bureau. »
« Ça s’est passé très vite depuis l’élection. Il y avait deux anciens conseillers et quatre nouveaux. Je les ai rencontrés un à un pour que l’on parte à la même place et que l’on ait une vision commune, c’est très important. Je veux un gouvernement de proximité, si je puis dire, qu’on soit sur le terrain, près de la population. Les conseillers suivent leurs dossiers avec les citoyens et répondent rapidement aux plaintes et interrogations des gens. Et je fais de même de mon côté. »
Rencontres citoyennes
Dans cette optique, le conseil a multiplié les rencontres citoyennes au cours des derniers mois. C’est ainsi que les résidents aux abords du parc Saint-Laurent-du-fleuve, situé près de la petite église, ont été rencontrés afin qu’ils partagent leurs idées en ce qui concerne cet espace vert puisque les travaux à cet endroit devraient débuter en septembre.
Le conseil municipal travaille présentement à l’élaboration du plan d’action en développement durable (PADD) et un groupe de travail composé d’élus, de représentants du milieu communautaire, économique et environnemental prend forme. Celui-ci a pour mandat de proposer une vision collective en matière de développement durable, de choisir les grandes orientations à suivre, d’identifier les actions prioritaires à mettre en œuvre afin d’atteindre les objectifs souhaités.
Aussi, toujours dans la vision d’un gouvernement de proximité, la population de Contrecœur sera invitée le 20 juin prochain à prendre part à une grande assemblée afin d’en apprendre un peu plus sur ce plan d’action en développement durable et de faire des suggestions en ce sens.
Cette volonté d’être présent sur le terrain a fait en sorte que la mairesse et ses conseillers ont multiplié les tournées des différents conseils d’administration des organismes de Contrecœur afin de mieux se connaître et d’en savoir plus sur leurs besoins et aspirations.
Plein de projets… et le 350e!
Évidemment, les projets d’envergure comme l’agrandissement des installations du port de Montréal à Contrecoeur, la création d’une Zone industrialo-portuaire Contrecoeur-Varennes, l’instauration d’un pôle logistique de transport ainsi que le développement du projet commercial et industriel Cité 3000 prennent beaucoup de place à l’agenda puisqu’on parle de milliers d’emplois qui dynamiseront à terme l’économie de Contrecœur, de la région et même du Québec. Pour le port de Montréal seulement, on parle de 5 000 emplois pour la construction et de 1 000 emplois pour assurer sa mise en service.
En plus de cela, il ne faut pas oublier que la ville célèbre cette année son 350e anniversaire de fondation. Un des legs du 350e sera entre autres l’aménagement de sentiers pédestres dans le parc de conservation Barbe-Denys-De La Trinité, une zone de conservation que l’on souhaite redonner aux citoyens. « Ça bouge extrêmement vite! Je veux être présente pour le maximum d’activités, car c’est un événement important pour nous! », d’expliquer la mairesse qui est également mère de trois jeunes.
Malgré ces grands projets, elle ne veut pas que le conseil perde de vue les dossiers chers aux yeux des citoyens comme la sécurité routière. Le conseil a rencontré récemment à ce sujet le directeur de la Régie intermunicipale de police Richelieu/Saint-Laurent afin de trouver des solutions pour ralentir les ardeurs des conducteurs dans certains secteurs à risque.
De plus, son équipe a à cœur le développement touristique de Contrecœur et de faire valoir le tourisme dans la région, grâce notamment à sa magnifique vue sur le fleuve, ses deux marinas et la Maison Lenoblet-du-Plessis.
« J’ai un agenda très chargé, je ne m’en cache pas, mais je tiens à représenter les intérêts de Contrecœur partout où je vais! », de conclure la mairesse de la Ville qui a plus que jamais pour devise : À cœur vaillant, rien d’impossible!