Des bureaux de projet pour accélérer la décongestion de la Rive-Sud

Des bureaux de projet pour accélérer la décongestion de la Rive-Sud

le gouvernement a annoncé qu’il mettra en place des bureaux de projets régionaux afin d’accélérer l’implantation de solutions alternatives de transport et des mesures d’atténuation nécessaires à l’implantation du Réseau express métropolitain (REM), de la construction du nouveau pont Champlain et de la réfection du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine.

Crédit photo : Coalition A-30

Lors de la récente campagne électorale provinciale, la Coalition Avenir Québec (CAQ) s’était engagée à décongestionner la Rive-Sud en agissant sur tous les fronts, notamment en améliorant le transport collectif, en procédant à une mise à niveau du réseau routier et en profitant des technologies innovantes.
Quelques semaines après son entrée au pouvoir, le gouvernement a annoncé qu’il mettra en place des bureaux de projets régionaux afin d’accélérer l’implantation de solutions alternatives de transport et des mesures d’atténuation nécessaires à l’implantation du Réseau express métropolitain (REM), de la construction du nouveau pont Champlain et de la réfection du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine.
Cette volonté a rassuré les membres de la Coalition A-30, c’est-à-dire principalement les maires et mairesses de la grande Rive-Sud, qui se sont dits prêts à collaborer de façon active afin de donner leurs priorités pour une planification en amont des grands travaux sur leur territoire et pour assurer un suivi des mesures qui seront mises en place.
« La semaine dernière, nous avons justement tenu deux rencontres à la CCIRS pour la planification du comité de suivi avec le ministère des Transports, et ce, avec le comité transport de la CCIRS, mais aussi avec les ambassadeurs de la Coalition A-30. Nous sommes très heureux de la création de ces bureaux de projets et la CCIRS est prête à participer en collaboration avec la communauté d’affaires pour que les demandes des entreprises soient elles aussi entendues », a souligné Richard D’Amour, président de la CCIRS, dont l’organisme est à l’origine de la Coalition A-30.
Plus loin encore
Il ajoute que cette annonce « va dans le sens de ce que la Coalition A-30 a demandé en mars dernier et elle va plus loin encore que ce qui a été mis en place en septembre 2018, soit l’utilisation de l’accotement par les autobus en période de pointe et qui, rappelons-le, n’est pas utilisée par les chauffeurs d’autobus et qui est interdite au covoiturage, aux taxis et aux véhicules électriques ».
Il faut souligner que la CAQ s’était engagée en campagne électorale à réserver une enveloppe de dix milliards de dollars dans le Programme québécois des infrastructures (PQI) afin de réaliser un ambitieux plan de décongestion d’ici 2030. Plusieurs solutions concrètes ont été promises pour améliorer la fluidité du transport dans la région, notamment par l’injection de sommes d’argent dans un premier mandat pour élargir l’autoroute 30 et la porter à trois voies entre les autoroutes 10 et 20, ainsi que la mise à l’étude d’une phase ultérieure d’expansion du REM, de Brossard jusqu’à Boucherville et Sainte-Julie.
La CAQ s’est aussi engagée à prolonger le REM sur 22 km, de Brossard jusqu’au secteur de Chambly; revitaliser le boulevard Taschereau grâce à un tramway de 6,5 km, de Longueuil à Brossard, avec une interconnexion au REM; étudier, en concertation avec les autorités locales de Longueuil, un projet de prolongation de la ligne jaune du métro – une partie en souterrain et une partie en surface – le long du boulevard Roland-Therrien.
Rappelons en terminant que la Coalition regroupe plus d’une quarantaine de maires de la Rive-Sud et ses membres ont clairement exprimé deux demandes : la mise en place d’une voie réservée temporaire sur l’accotement pour les autobus, les véhicules électriques et le covoiturage, ainsi que la création d’un comité pour trouver des solutions permanentes et durables reliées au transport des personnes et des marchandises.

Les porte-paroles de la coalition
Sylvie Parent, mairesse de la Ville centre de l’agglomération de Longueuil et vice-présidente du comité exécutif de la Communauté métropolitaine de Montréal, Richard D’Amour, président de la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud, Donat Serres, maire de La Prairie, vice-préfet, secteur Est, pour la MRC de Roussillon et administrateur au Réseau de transport métropolitain, Diane Lavoie, mairesse de Beloeil, préfète de la MRC de La Vallée-du-Richelieu et administratrice au Réseau de transport métropolitain, Doreen Assaad, mairesse de Brossard, Suzanne Roy, mairesse de Sainte-Julie, préfète de la MRC de Marguerite D’Youville, administratrice au Réseau de transport métropolitain et vice-présidente de la Commission de l’aménagement à la Communauté métropolitaine de Montréal.