De plus en plus de frênes affectés par l’agrile à Boucherville

De plus en plus de frênes affectés par l’agrile à Boucherville

Le nombre de frênes abattus sur les terrains publics de la Ville de Boucherville a grimpé en flèche au cours des dernières années.

En 2014, seulement 28 spécimens de cette essence ont subi ce sort. L’année suivante, il y en a eu 150. Au terme de 2016, les prévisions laissent entrevoir une possibilité de près de 400. En contrepartie, la municipalité effectue du reboisement. Cette année, 350 nouveaux arbres seront plantés au parc de la Frayère, 200 autres au parc de Mortagne en plus d’une cinquantaine à l’arboterum Stephen-Langevin et un chiffre semblable au parc du Bois de-Brouage. La municipalité multiplie les efforts pour sensibiliser les citoyens au phénomène de l’agrile.

À ce titre, elle vient d’organiser deux autres soirées d’information sur le sujet; au total, une centaine de personnes se sont déplacées au centre multifonctionnel où l’inspecteur en environnement Frédéric Naud a livré une série de données et jeté un éclairage instructif afin que les citoyens puissent mieux faire face à la présence de l’agrile et ses ravages.

L’insecte vert métallique d’un centimètre de longueur peut entraîner la mort d’un arbre dans une période variant entre un et cinq ans. Afin de protéger les frênes en santé, des traitements au TreeAzin sont nécessaires. Le produit tue les larves dans l’arbre. Les Bouchervillois peuvent bénéficier du même prix que celui obtenu par la Ville pour le traitement des frênes situés sur des terrains publics. En 2016, ce tarif préférentiel est de 3,60 $ par cm de diamètre. Pour obtenir ce prix, les citoyens doivent communiquer directement avec le fournisseur retenu par la Ville, soit Services des Espaces verts (514 337-1060). La période propice pour traiter les frênes au TreeAzin se situe entre le 15 juin et le 31 août, à l’exception des jours de canicule.

La municipalité offre également une subvention de 50% du tarif de traitement par cm de diamètre du tronc, à raison d’un maximum de 1,80 $ par cm de diamètre (soit 50% du tarif préférentiel). Cette aide se limite à deux frênes par propriété résidentielle. Dans le cas des projets de condominiums, priorité est accordée aux frênes situés sur des terrains privés plutôt que communs. Ce programme est en vigueur pour une période limitée et jusqu’à épuisement des fonds disponibles.  Précisions que l’administration municipale a réservé une enveloppe de 86 000 $ à cet effet. Détails du programme :  boucherville.ca/agrile.

La Ville prépare un autre programme d’aide dans lequel elle offrira des arbres à prix réduit à 10 $ seulement. Tirage au sort prévu puisque le nombre sera limité. Les détails seront dévoilés bientôt.

Le Service de l’environnement suit de près l’état d’avancement des recherches qui se font présentement sur un champignon entomopathogène qui entraîne la mort de l’agrile en quatre jours. Il est aussi question de relâcher des petites guêpes parasitoïdes qui s’attaquent spécifiquement à l’agrile.

À ce jour, la Ville a répertorié environ 8800 frênes sur le territoire de la municipalité. «On pense qu’il y a entre 20 000 et 25 000 arbres de cette essence», a indiqué Frédéric Naud.