Concert unique du Festival Classica à Boucherville

Concert unique du Festival Classica à Boucherville

Le Festival Classica a présenté un concert de musique sacrée à l'église Sainte-Famille.

Une oeuvre jouée en première nord-américaine à l’église Sainte-Famille

Pour l’unique concert du Festival Classica présenté à l’église Sainte-Famille de Boucherville, le public a eu droit à un programme intitulé Musique sacrée et découverte le 5 juin dernier. En ce sens, l’une des deux oeuvres sacrées au menu, l’oratorio Christi Auferstehung (La résurrection du Christ) de Sisigmund Neukomm était jouée pour la première fois en Amérique du Nord. Formé de 12 mouvements, celui-ci a été mis en valeur dans toute sa splendeur par des artistes de talent : les solistes invités Marc Boucher, Antoine Bélanger et Laetitia Grimaldi, appuyés par le choeur La Petite Bande de Montréal et les musiciens de l’Orchestre de chambre de la Montérégie sous la direction de Martin Dagenais.
L’un des moments forts de cette première partie de programme aura été la performance vocale du choeur lors du segment Halleluja. Les choristes ont déployé une vive énergie qui a touché l’assistance en plein dans le mille. Autre constat intéressant, le trio de chanteurs avaient des voix qui se mariaient de façon juste et pertinente pendant l’une des dernières parties au cours de laquelle il fut appelé à se produire en simultané.
Au terme d’une brève pause, les artistes sont revenus en scène afin d’interpréter la Messe du Couronnement de Mozart. Cette fois, la mezzo-soprano Caroline Gélinas a joint ses collègues solistes puisque l’oeuvre requiert une quatrième voix. Cette messe de l’illustre compositeur fut jouée pour la première fois à Pâques en 1779 dans la cathédrale de Salzbourg. Deux siècles et demi plus tard, elle conserve un cachet solennel rempli de grâce. Très belle performance à nouveau des chanteurs et musiciens. Le public a été ravi.
Hommage
En début de soirée, le vice-président du Festival Classica, Philippe Brunet, a livré un témoignage bien senti à l’endroit du regretté chef d’orchestre français Jean-Claude Malgoire qui a dirigé des concerts à quelques reprises à l’église Sainte-Famille. Ce dernier s’est éteint à l’âge de 77 ans le 14 avril dernier. Il devait être présent une fois de plus au festival cette année. Le concert de Boucherville a d’ailleurs été dédié à sa mémoire.
« M. Malgoire a développé une affection pour la musique baroque. Il a dirigé plusieurs orchestres sur différents continents, a fouillé de nombreux manuscrits anciens et a enregistré quelque 200 disques. Il a également contribué à lancer la carrière d’un bon nombre de chanteurs lyriques », a rappelé M. Brunet, ému. Cet ami du Québec a participé à toutes les éditions du festival.