Un Bouchervillois a reçu l’aide du GPHM pour se reprendre en main

Un Bouchervillois a reçu l’aide du GPHM pour se reprendre en main

La 28e Semaine nationale de prévention du suicide se déroulera du 4 au 10 février 2018. Ce thème revient à chaque année dans l’actualité, question de sensibiliser le public à cette problématique toujours présente dans la société. Depuis 2010, plus de 20 000 intervenants, provenant soit du réseau de la santé et des services sociaux, du réseau communautaire québécois ou du milieu privé, ont été formés en prévention du suicide. Leur grand nombre illustre à quel point ce sujet demeure préoccupant.
À Boucherville où est établi le siège social du Groupe de partage pour hommes de la Montérégie, les citoyens disposent de cet organisme pour obtenir de l’aide pour différents cas de difficultés à affronter. L’entraide offerte a pour objectif d’amener les hommes à mieux se connaître afin de favoriser une plus grande autonomie et d’améliorer leur estime personnelle. Un résident de la municipalité, Réal Houle, a bénéficié des services offerts à cet endroit. M. Houle a accepté de partager son parcours.
Plus tôt dans sa vie, ce citoyen a connu de dures épreuves : il a fait deux dépressions en l’espace de quelques années, suivies d’une tentative de suicide qui l’a conduit à l’hôpital. Au centre hospitalier, les membres de sa famille étaient à son chevet l’oeil triste. « J’ai vu dans le regard de ma femme et de mes enfants un désarroi. Je leur ai promis que je ne répéterai plus ce geste : j’ai alors décidé de me reprendre en main », relate-t-il.
Ayant appris l’existence du GPHM, il a décidé par la suite d’aller voir ce que cet organisme pouvait faire pour l’aider. Il a dès lors commencé à assister à des rencontres de groupe où chacun s’exprime à tour de rôle sur les situations qu’il vit. À force d’être assidu à ces réunions, il a beaucoup appris sur lui-même et sa situation s’est améliorée. Il a également suivi des ateliers sur différents thèmes qui lui ont été bénéfiques.
Ces rencontres regroupent en moyenne cinq à six participants. L’animateur demeure à l’écoute des participants et partage ses connaissances. M. Houle anime désormais ce type de réunion d’entraide à Longueuil. Il retransmet ce qu’il a reçu du GPHM. Il se porte bien et continue de grandir. En deux mots, il s’en est sorti. L’espoir, il ne l’a jamais perdu.