Boucherville et Saint-Bruno-de-Montarville formeront la circonscription de Montarville

Boucherville et Saint-Bruno-de-Montarville formeront la circonscription de Montarville

Refonte de la carte électorale

Une nouvelle carte électorale entrera en vigueur au moment de la dissolution de l’Assemblée nationale pour la tenue des prochaines élections générales. La circonscription de Marguerite-d’Youville, tel qu’on la connaît actuellement, disparaîtra. En lieu, les électeurs iront voter pour choisir l’élu qui les représentera dans la circonscription de Montarville qui réunira le territoire de Boucherville et de Saint-Bruno-de-Montarville.

La Commission de la représentation électorale du Québec a rendu cette décision le 12 octobre dernier. Le directeur général des élections, Jacques Drouin, et les deux commissaires qui siègent à cette table de travail, Serge Courville et Bruno Jean, ont décidé à l’unanimité de ces modifications qui auront une incidence sur la région.

La circonscription de Chambly dont fait partie Saint-Bruno rassemble un trop grand nombre d’électeurs sur son territoire. Il fallait donc retrancher une partie de l’électorat et rescinder le comté. Sur le plan des structures gouvernementales, les villes faisant partie de la circonscription Marguerite-d’Youville, Boucherville et Sainte-Julie, appartiennent à des MRC différentes. Le DGE et son équipe ont donc choisi d’intégrer Sainte-Julie à la circonscription de Verchères qui regroupe les autres municipalités de la MRC Marguerite-d’Youville.

De l’autre côté, Boucherville et Saint-Bruno s’avèrent des villes liées à l’agglomération de Longueuil. Par conséquent, elles siègent à des tables communes comme à la CRÉ de Longueuil. Pour la députée de Marguerite-d’Youville, Monique Richard, regrouper Boucherville et Saint-Bruno en une nouvelle circonscription a réglé le casse-tête du DGE quant à la répartition du nombre de citoyens trop élevé dans le comté de Chambly.

Même si elle est déçue par la décision du DGE, Mme Richard entend s’ajuster à cette nouvelle réalité. « Je trouve dommage qu’on révise un comté qui fonctionnait bien; en même temps, c’est un défi qu’on doit relever comme équipe. Nous allons nous mettre au travail avec les gens de Saint-Bruno afin que ça se fasse rondement. Nous allons être présents dans cette municipalité pour nous faire connaître », a-t-elle tenu à préciser.

Le député de Chambly, Bertrand St-Arnaud, et sa collègue de Marguerite-d’Youville devront se rencontrer au cours des prochains mois afin de faire le point sur les problématiques qui touchent Saint-Bruno, discuter des dossiers politiques et se pencher sur l’organisation partisane.

Réactions des maires

Pour le maire de Boucherville, Jean Martel, le redécoupage de la carte électorale ne devrait pas jeter d’ombre sur les relations harmonieuses entre la municipalité qu’il dirige et la Ville de Sainte-Julie. « Nous allons maintenir une bonne collaboration et parler d’une même voix, par exemple, dans le dossier du transport », explique M. Martel. La donne changera toutefois pour les dossiers qui relèvent de Québec. Le maire ajoute que les liens entre Boucherville et Saint-Bruno sont favorables. Il indique par ailleurs que les Villes devront vivre avec la décision du DGE et s’y adapter.

De son côté, la mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, apporte une réponse en nuances. « Sur le plan logistique, avoir une MRC et une circonscription qui regroupe le même territoire permet une meilleure façon de travailler, apporte plus d’efficacité et moins d’intervenants », commente-t-elle. Sur un autre plan, Mme Roy reconnaît avoir le cœur déchiré par la décision du DGE. Elle regrette la scission que le nouveau comté entraînera avec Boucherville. « Nous travaillons avec les gens de Boucherville depuis de nombreuses années et nous avons d’excellentes relations. Mme Richard est une députée très présente dans le comté et elle travaille beaucoup pour Sainte-Julie. On vit des sentiments mitigés à ce niveau », confie Mme Roy.

Je trouve dommage qu’on révise un comté qui fonctionnait bien; en même temps, c’est un défi qu’on doit relever comme équipe. Monique Richard, députée de Marguerite-d’Youville

Hier soir, à l’assemblée mensuelle du conseil de Sainte-Julie, les élus ont adopté une résolution visant à proposer un changement au nom de la circonscription de Verchères afin qu’il se nomme Verchères–Marguerite-d’Youville. Cette demande fait référence au fait que la Municipalité régionale de comté (MRC) porte déjà le nom de Marguerite-d’Youville. Cette requête sera acheminée à Québec.

Appelé à commenter la décision du DGE sur la formation de la nouvelle circonscription électorale qui touche le territoire de sa municipalité, le maire de Saint-Bruno, Claude Benjamin, a refusé une demande d’entrevue de La Relève à ce sujet.

Montarville

Quant au nom de la future circonscription de Montarville, il relève d’une décision du DGE. Préoccupée par le choix du nom à être décrété, la députée de Marguerite-d’Youville avait envoyé une lettre à ce dernier dans laquelle elle lui recommandait de consulter les comités de toponymie des deux municipalités avant d’arrêter son choix. « La décision est arrivée comme ça, sans que les milieux aient été consultés », regrette Mme Richard.

Sur une note historique, Montarville réfère à un petit fils de Pierre Boucher, fondateur de Boucherville : il s’agit de Charles Boucher, sieur de Montarville, né en 1704, qui a dirigé cette seigneurie à l’époque du régime français. Il était le fils de Pierre Boucher de Boucherville.

Par ailleurs, certains se souviendront que Boucherville et Saint-Bruno ont fait partie du comté de Chambly durant la seconde partie de la décennie 1970, avant l’existence du comté de Bertrand. L’ancien ministre des Affaires sociales, Denis Lazure, a représenté les citoyens de la région à l’Assemblée nationale dans cette circonscription de 1976 à 1981. Il s’agissait du premier mandat d’un gouvernement du Parti québécois sous René Lévesque. Il a été réélu en 1981, cette fois dans le comté de Bertrand.