Boucherville acquiert le terrain de l’ex-Saulaie au coût de 2 350 000 $

Boucherville acquiert le terrain de l’ex-Saulaie au coût de 2 350 000 $

Après bientôt deux ans de négociations

Il aura fallu près deux ans de pourparlers et de négociations avant d’en arriver à une entente. Voilà qui est fait : la Ville de Boucherville est devenue propriétaire du terrain où était situé il y a quelques années le restaurant La Saulaie, tout près de la Frayère. La transaction a été confirmée à la suite de l’adoption d’une résolution à l’assemblée du conseil municipal la semaine dernière. La Ville verse la somme de 2 350 000 $ pour cet achat.

La superficie du terrain est de 7860,1 mètres carrés, ce qui représente un coût de 27,78 $ le pied carré. La valeur au rôle d’évaluation est de 994 900 $. Avant que les autorités municipales manifestent un intérêt pour ce lopin de terre, le prix de vente indiqué sur une affiche installée à l’entrée du site était de 30 $ le pied carré.

De quelle façon sera payée cette acquisition? Comptant, à même le surplus anticipé en 2011. Le conseiller municipal Dominic Lévesque a précisé qu’il restera 3,5 M$ au surplus annuel à la fin décembre après que le terrain de l’ex-Saulaie aura été payé.

Qu’entend faire la Ville de ce site à terme? « Le conseil municipal veut en conserver le cachet naturel », a affirmé le maire Jean Martel. Selon ce qui est projeté, les cyclistes retrouveront l’accès à la bande cyclable qu’ils utilisaient auparavant, un stationnement limité à 15 cases sera aménagé et quelques tables à pique-nique pointeront dans ce décor champêtre. Il est aussi question d’offrir à cet endroit des cours de voile et peut-être de canot et de kayak. Un bâtiment de taille modeste sera construit avec un accès à des toilettes publiques. Ces aménagements font l’objet de discussions à l’hôtel de ville alors que les hauts fonctionnaires et les élus se penchent sur la préparation du budget municipal 2012. Aucune enveloppe budgétaire n’a encore été fixée quant à ces divers projets d’aménagement qui s’échelonneront dans le temps.

« Le conseil municipal veut en conserver le cachet naturel » – le maire Jean Martel

L’entrée du site est pour le moment clôturée et l’autre extrémité est fermée par la présence d’immenses blocs de béton. « Le conseil municipal a demandé au Service des travaux publics de procéder le plus rapidement possible à la réouverture du terrain afin que les citoyens puissent s’approprier du lieu », a confirmé le maire Jean Martel. Le premier magistrat veut que cet espace devienne accessible autant aux cyclistes qu’aux piétons. L’entente intervenue entre les parties prévoit qu’en acquérant ce terrain, la Ville l’utilise à des fins de parc et d’usage communautaire.

Un mois après son arrivée au pouvoir à l’hôtel de ville, l’administration du maire Martel avait décrété une mise en réserve sur ce terrain afin d’empêcher toute transaction à des intérêts particuliers. Le site devient désormais un espace public qui s’ajoute au terrain adjacent, le parc de la Frayère.