La série Concerts intimes de l'OSDL termine en beauté à l'église Sainte-Famille

Daniel Hart
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Intitulé La musique dans les gènes, le troisième et dernier concert de la série Concerts intimes de l'Orchestre de chambre de l'OSDL a permis d'entendre des œuvres de deux compositeurs autrichiens, Mozart et Haydn, en plus de réserver une place de choix à une œuvre de Brahms, né en Allemagne mais décédé à Vienne, en Autriche.

Le chef Robert Ingari et le Chœur de la maîtrise en direction chorale de l’Université de Sherbrooke ont séduit l’auditoire une fois de plus.

Voilà le dénominateur commun de cette soirée qui s'est avérée un régal pour les mélomanes.

En ouverture, les musiciens dirigés par le chef Marc David ont joué la Symphonie no 1 en mi bémol majeur de Mozart. Le génial compositeur n'avait que huit ans lorsqu'il a écrit cette œuvre à partir d'un modèle inspiré de Johann Christian Bach, le fils cadet de Johann Sebastian Bach. Très mélodique avec des passages plus nerveux, cette pièce en trois mouvements a donné le ton au concert.

Comme  deuxième pièce au programme, le Concerto pour piano en ré majeur, de Haydn. Première invitée du concert, la pianiste Isabelle David, la fille du chef. Cette jeune musicienne, récipiendaire de nombreux prix, joue avec grâce et élégance. Puisque l'œuvre se veut un dialogue entre le piano et l'orchestre, les liens naturels de cette communication se sont faits aisément et ont coulé tout en douceur. Une grande complicité s'est fait remarquer entre la pianiste et son père, sans doute très fier de la prestation offerte par sa fille. Le public a accordé une ovation encore sous le charme des dernières notes jouées avec précision.

Pour la cinquième année consécutive, le chef Robert Ingari et le Choeur de la maîtrise en direction chorale de l'Université de Sherbrooke ont séduit l'auditoire. Cette fois, l'ensemble a chanté 18 courtes pièces de Liebeslieder-Walzer, de Brahms. Il s'agissait d'une transcription pour orchestre à cordes de Hermann. Ce chœur mixte qui regroupe environ 25 chanteurs sait interpréter avec émotion et puissance ces airs mélodieux, parfois courts, inspirés de poèmes populaires d'origine russe, polonaise et hongroise. Les musiciens ont soutenu les choristes avec tout le professionnalisme et la rigueur qui les caractérisent.

Une nouvelle série Concerts intimes débutera l'automne prochain à l'église Sainte-Famille.

Organisations: église Sainte-Famille, Choeur de la maîtrise, Université de Sherbrooke

Lieux géographiques: Haydn

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires