1,8 M$ nécessaire pour réparer le toit de la basilique Sainte-Anne de Varennes

1,8 M$ nécessaire pour réparer le toit de la basilique Sainte-Anne de Varennes

Une importante campagne de financement est lancée

En 2010, il en a coûté plus de 100 000 $ pour entretenir, chauffer, éclairer et assurer les édifices de la paroisse Sainte-Anne de Varennes. Dans un contexte où les paroissiens sont de moins en moins nombreux à assister aux différentes messes, cela constitue un casse-tête récurrent pour ses responsables.Lorsqu’on apprend que le coût total des travaux pour un nouveau recouvrement de toiture de la basilique Sainte-Anne, une restauration de la fenestration supérieure ainsi que quelques travaux de maçonnerie s’élève à 1,8 M$, il y a de quoi ébranler une communauté! Mais pas celle de Varennes puisque, loin de se laisser abattre, elle a retroussé ses manches en se rappelant le proverbe : « Aide-toi et le Ciel t’aidera! »

L’architecte mandaté pour ces travaux d’envergure, Jacques Nadeau, est formel dans son rapport : il y a urgence. « Voici le lot de plusieurs monuments historiques : la toiture de la basilique a 124 ans et nous oblige à mettre sur pied un programme de restauration d’urgence. Toute la superficie de la toiture est à refaire. Les infiltrations d’eau causent des dommages importants à la voûte de plâtre et risquent de mettre en danger la sécurité des gens. »

Subventions

La somme de près de 2 M$ est impressionnante, mais les responsables avaient un « plan de match », a expliqué le curé Raymond Poisson, le 10 février dernier. La Fabrique a vendu des terrains en 2010 afin de consacrer certaines sommes à ces réparations futures. De plus, la paroisse a bénéficié d’une aide substantielle de 1 165 000 $ en subvention par le biais du Conseil du patrimoine religieux du Québec, soit 565 000 $ pour 2012 et 600 000 $ pour 2013, ce qui représente le plus gros investissement de l’État en Montérégie, signe de l’importance de la basilique à l’échelle de la province.

La ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Christine Saint-Pierre, était présente à la Maison Grise de Varennes pour le lancement de cette importante campagne de financement.

« Mon agenda est très chargé, mais j’ai trouvé le temps de venir parce que je trouve votre campagne de financement exemplaire. J’ai vu votre basilique en venant ici et je l’ai trouvée tellement belle, tellement magnifique! Je dis également aux gens : svp, faites un petit bout de chemin. Pour ma part, ça va me faire plaisir de venir à nouveau pour voir les résultats des travaux! », a-t-elle lancé sous les applaudissements.

En soustrayant du coût total de 1,8 M$ les subventions et les montants reçus pour la vente de terrains, les responsables ont établi que l’objectif de la campagne de financement serait donc de 500 000 $.

Dépliant et DVD

Le dernier mot appartient donc aux paroissiens. Dans un premier temps, un dépliant sera posté aux 8 000 résidences de la municipalité. Par la suite, un DVD conçu à l’intention des 2 000 fidèles qui soutiennent régulièrement la basilique leur sera envoyé. La narration est confiée au chef d’antenne bien connu, Pierre Bruneau, alors que le document montre un aperçu des réparations nécessaires, tout en présentant les richesses contenues dans le bâtiment patrimonial.

Le slogan retenu pour cette campagne d’envergure est : « L’Église, mon courtier en valeurs éternelles! », alors que son président d’honneur est le président et chef de la direction de Rona, Robert Dutton. « Les rénovations sont toujours profitables pour Rona, mais ce sont des considérations personnelles qui m’ont amené à accepter!», a-t-il déclaré sous les éclats de rire avant de reprendre plus sérieusement : « Les églises doivent demeurer des forts pour ceux et celles qui cherchent. Elles doivent continuer à favoriser les temps de silence si nécessaires. Assurez-vous que la porte est toujours ouverte! »